Archives de catégorie : Slice de life

2015: La checklist

Pour plusieurs, le Nouvel An est une occasion de faire un bilan sur l’année qui s’est écoulée et de se fixer des objectifs pour l’année à venir. Je sais pas pour vous, mais d’habitude, moi je me fixe des objectifs en fonction de ce que j’aimerais améliorer chez moi (par exemple: poids, alimentation, etc.). Mais cette année, j’ai décidé de me fixer des objectifs pour améliorer les choses AUTOUR de moi pour que MOI je sois bien!

Bref, mon objectif peut se résumer à ceci:

Être plus efficace dans les tâches que je réalise au quotidien pour avoir plus de temps pour moi!

Continuer la lecture de 2015: La checklist

Noël, c’est l’amour!

Qu’est-ce que représente le temps des fêtes pour vous? Peut-être est-ce le bonheur,  LE STRESS, la magie ou encore peut-être vous dites vous : « enfin je vais pouvoir voir tout mes enfants au même moment »! Peut-être est-ce que tout comme moi vous avez plutôt envie de vous enfuir et de revenir juste une fois que cette période sera passée!

Continuer la lecture de Noël, c’est l’amour!

Fille, tu t’en demandes trop…. et tu le sais!

Dans le cadre de mon travail, j’ai souvent à recadrer les objectifs peu réalistes de mes clients. Des fois , ce n’est que l’espace-temps dans lequel ils veulent réaliser leur objectif qui est trop court. D’autre fois, c’est seulement impossible, ou irréaliste.

Continuer la lecture de Fille, tu t’en demandes trop…. et tu le sais!

Rendre grâce ou Le congé de trois jours

Aujourd’hui, c’est congé. Pour plusieurs, c’est une fin de semaine de trois jours comme les autres, une occasion de se reposer et d’aller jouer dehors s’il fait beau, de rentrer ses meubles de patio et de poser ses pneus d’hiver. Mais pour d’autres, cette fin de semaine revêt une signification toute particulière…

Un peu d’histoire

L’Action de grâce  (ou Thanksgiving) est une fête célébrée majoritairement par les Canadiens anglophones et par les habitants des États-Unis, pas mal plus tard au mois de novembre, juste avant le Black Friday.

Comme son nom l’indique, c’est une occasion de rendre grâce à Dieu (to give thanks = thanksgiving pour les moins perspicaces) pour les récoltes et les bénédictions reçues dans l’année précédente (Wikipédia).

Par chez nous

On a toujours souligné l’Action de grâce avec de la dinde, des atocats et ben des patates pilées, background anglophone oblige. Ma mère sortait sa belle nappe et on avait congé le lundi. Bref, c’était la joie.

Maintenant, l’Action de grâce a  une toute autre signification pour moi.

C’est le jour où ma fille est née, il y a un an exactement.

Je remercie le Seigneur pour ma naïveté

Comme la plupart des femmes qui se rendent à l’hôpital pour accoucher la première fois, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendais. Je ne m’étais fait aucun scénario, aucun plan de naissance, aucune attente. Ça se passera comme ça se passera.

On m’avait averti que je n’aurais peut-être pas l’occasion d’avoir Renée sur moi à la naissance parce qu’elle risquait d’être en détresse respiratoire. Alors je ne m’attendais même pas à pouvoir la coller contre moi pendant que Julien coupait son cordon ombilical. Un petit 30 secondes pour lequel je serai toujours reconnaissante.

Je me répétais que j’étais à l’hôpital, que le personnel savait ce qu’il faisait et que je pouvais leur faire confiance. Une confiance aveugle et inébranlable. Ils vont réparer mon bébé.

J’étais naïve et ouverte à tout. Je faisais aveuglément confiance. Et je crois sincèrement que c’est ce qui m’a le plus aidé à traverser les épreuves que nous avons surmontées pendant l’hospitalisation de Renée. Je remercie le Seigneur pour ma naïveté.

Je remercie le Seigneur pour la force qu’il m’a donnée

C’est toujours lorsque l’on fait face à l’adversité qu’on réussit à puiser au fond de soi et à trouver une force dont on ne se savait pas capable.

J’aurais pu être détruite, hormones de post-partum aidant à la cause, mais ça n’a pas été le cas. J’ai la chance d’avoir un côté rationnel extrêmement fort. Elle est au bon endroit. Ils s’occupent d’elle. Faut que tu sois forte pour elle. Ça va bien aller.

Quand on avait des mauvaises nouvelles, c’est sur mon épaule qu’on venait se reposer. Alors j’étais pas pour flancher, jamais de la vie. De toute cette aventure, j’ai pleuré trois fois. Trois fois en 1 mois. Quand même pas si mal.

Je remercie le Seigneur pour Renée

Renée nous a fait connaître des vertes et des pas mûres tout le long de ma grossesse et à son arrivée à la maison. Chaque échographie amenait un stress supplémentaire. Bon, qu’est-ce qu’ils vont trouver ce coup-là? Chaque visiste était un coup qui enfonçait un peu plus le clou. On va faire d’autres tests.

L’opération a très bien réussi, on avait juste hâte d’avoir notre bébé avec nous à la maison. C’est comme ça qu’on s’est ramassé avec un bébé de 1 mois en sevrage de morphine sur les bras. Un bébé qu’on aimait de tout notre coeur, mais qu’on ne connaissait pas.

Et on va se dire les vraies affaires: pour survivre une chirurgie à coeur ouvert à 2 semaines de vie, il faut une pas pire tête de cochon. Pis ma fille de 1 mois, elle avait un pas pire caractère.

On s’est apprivoisé tranquillement. Julien et moi on est devenus parents. Et avec chaque jour qui passe, Renée devient de plus en plus Renée.

C’est incroyable de voir un enfant grandir et le découvrir un peu plus chaque jour. Je n’ai pas la nostalgie des jours passés parce que je sais que chaque jour apporte quelque chose de merveilleux. C’est beau de voir Renée grandir et je me sens privilégiée qu’elle m’ait choisie pour être sa maman.

Aujourd’hui, c’est la fête de Renée. Et en plus d’être un prétexte pour manger de la dinde et des patates pilées, c’est l’occasion parfaite pour la remercier d’être-là et d’être elle-même.

Je t’aime ma poule xxx