Perfectionnisme

Le perfectionnisme… LA parfaite imperfection

Comment est-ce que vous catégoriseriez le désir de toujours vouloir être bon? Le désir de performance? La compétition? Moi, c’est ce que j’appelle « le perfectionnisme ».

Évidemment, ce n’est pas parce qu’on se dit perfectionniste que l’on pense être parfait! On le dit lorsqu’on réalise que l’on veut toujours que les choses soient bien faites en tout temps (selon notre perception bien sûr)! Être perfectionniste, c’est vouloir répondre à nos propres critères de perfection et non à ceux des autres!

Laissez-moi vous expliquer à quel point le désir de vouloir être parfait est un GRAND défaut!

Être parfait avec les autres

En couple, vous voulez être le partenaire idéal. Vous vous mettez de la pression pour être adoré de l’élu de votre cœur en tout temps. Avec vos amis, vous voulez toujours être la bonne oreille, vous vous demandez si vous êtes assez présent pour eux.  Au travail, vous voulez être irréprochable. Fournir des résultats parfaits! Vous passez BEAUCOUP de temps sur un simple courriel parce qu’il ne doit pas y avoir d’erreurs de français, de mauvaises tournures de phrases et aucune mauvaise interprétation ne doit être possible!

Quand on est perfectionniste, notre but n’est pas nécessairement d’exceller dans tous les domaines (on parlerait alors plutôt de performance), mais plutôt d’être irréprochable selon nos propres critères.  De répondre à notre conception de ce qui est parfait. 

Perfectionniste, moi ?

Ça ne fait pas longtemps que j’ai compris que j’étais perfectionniste.  Il m’arrive de bâcler une tâche (je risque de repasser par-dessus plus tard en me sentant coupable de l’avoir fait à moitié, mais bon…), de remettre au lendemain, d’être lâche.

Quand je me suis mise à me questionner, je me disais au fond de moi : « Bien non, je ne peux pas être perfectionniste, il y a tellement de choses que je ne fais pas parfaitement!» C’est la pensée qui m’a trahie! Un ou une perfectionniste n’est JAMAIS complètement satisfait et n’arrive pas à atteindre ses critères. De plus, le fait de vouloir être parfait ne signifie pas nécessairement qu’on l’est réellement aux yeux des autres!

C’est sérieusement une maladie la perfection. Nous ne pourrons jamais, mais jamais plaire à tous! Et le désir de vouloir plaire à tout le monde, de vouloir être irréprochable… C’EST DU PERFECTIONNISME!

Le perfectionnisme: un défaut épuisant

Une des pires conséquences que le perfectionniste apporte, c’est la pression! Celle qu’on se met sur les épaules tous les jours : la maison doit être rangée, vous devez donner le temps nécessaire à vos enfants, vous devez être présent pour votre partenaire, vous devez fournir un travail irréprochable au boulot ou encore vous occuper de vos proches. Et qu’est-ce que ça fait cette attitude à long terme? Ça épuise… Ça vous épuise d’abord, mais aussi les gens proche de vous.

Source: Pinterest.
Source: Pinterest.

Une autre conséquence qu’apporte le perfectionniste c’est d’être lent ou encore de ne pas savoir déléguer! De décider de tout faire soi-même puisque les autres ne font jamais les choses à notre goût!

Puis, en amour, le perfectionnisme prend de l’ampleur… Il vous empêche de vous laisser aller (personne n’est jamais assez parfait pour vous),  d’être heureux en couple et même de vous aimer vous-mêmes en tant que personne.

Un remède au perfectionnisme?

Je pense qu’un des remèdes est d’assumer que l’on est parfaitement imparfait en apprenant à lâcher prise.  Accepter le fait que l’humain est plein de défaut et que nous n’avons tous pas la même perception des choses. Je n’apprends rien à personne en disant que la perfection n’existe pas!

Autre remède: choisir ses combats. Vous n’avez pas le temps ni l’énergie nécessaire pour répondre à tous vos critères de perfection! Vous devez donc choisir ce qui importe le plus pour vous et établir des priorités en fonction de vos valeurs ou vos objectifs. Cela demande beaucoup de travail sur soi-même, mais il est toujours possible de s’améliorer!

* Si vous lisez ce texte et le trouvez imparfait, vous avez raison.*

—-

Crédit image à la une: Ian Usher

Laisser un commentaire